Projet participatif
Les 8 et 9 mai au Théâtre de la Croix-Rousse-Lyon
Pauline Laidet et Sébastien Jaudon

Mise en scène: Pauline Laidet

Direction musicale: Sébastien Jaudon

Musiciens: Henri-Charles Caget, Jean-Marc Foltz, ébastien Jaudon

Vidéos: Florian Bardet

Artistes intervenants: Landy Andriamboavonjy, Clélia Bressat-Blum, Maylis Jeanselme, Mathieu Lebot-Morin et Tiphaine Rabaud-Fournier

Avec la participation du Collège Gabriel Rosset (Lyon 7), du collège Jean Monnet (Lyon 2), de la Compagnie Poussière d’étoile (réunissant de jeunes adultes danseurs déficients mentaux), de l’association Forum Réfugiés-Cosi (Villeurbanne), du Centre de formation Tremplin ANEPA (centre d’accompagnement vers l’emploi), Du groupe des Seniors du 4ème arrondissement de Lyon, du chœur de la Croix-Rousse et du groupe de comédien.ne.s amateurs.

Note d’intention:

Dissidences c’est l’histoire d’une petite colère enfouie en beaucoup d’entre nous, qu’on a appris à apprivoiser, à maintenir à sa place, sous le masque social, mais qui va se réveiller.

C’est l’histoire de cette petite colère qui ne va plus supporter ce sentiment d’impuissance, qui ne va plus supporter l’apathie et la soumission, qui ne va plus supporter de se laisser abattre par le découragement.

C’est l’histoire de cette petite colère qui devient trop étouffante pour se résoudre au silence, et qui va s’exprimer sans slogan, ni étendard, ni poing levé, mais qui va cheminer sur un sillon souterrain, silencieux jusqu’à ce que des mots s’imposent, des mots précis, polis certes mais irrévocables:

 » Je préfererais ne pas« .

Des mots empruntés au célèbre personnage Bartelby, de la nouvelle éponyme d’Herman Melville (auteur du non-moins célèbre Moby Dick).

Sous sous son aspect inoffensif, cette phrase va bouleverser tout un shéma de pensée et de domination.

C’est donc l’histoire d’une colère d’abord intime, et qui devient progressivement collective.

C’est l’histoire d’un(e) Bartelby de 2020 qui est embauché chez « Liberty GO- pour plus de liberté« , et travaille dans un immense open-space où il doit -avec ses centaines de collègues- répondre au téléphone le plus vite possible, le mieux possible, le plus poliment possible, pour avoir la meilleur notation possible donnée par le plus de clients potentiels possibles. Bartelby est très appliqué et fait très bien son travail, jusqu’au jour où… il décide de répondre par la négative.

Dans ce spectacle, nous donnerons à entendre les voix plurielles qui questionnent, maintiennent en éveil et hantent notre Bartelby, un Bartelby multiple, qui revêt tous les visages.

Ces voix seront celles -entre autres- d’Herman Melville bien-sûr, mais aussi de Mariette Navarro, Cynthia Fleury, Alexandra Badéa, Bertold Brecht, Falk Richter, Ulrike Meinhof, Franca Rame, Joël Pommerat, Mahmoud Darwich et bien d’autres…

Ces voix se feront entendre aussi en musique, avec les chants de Bob Dylan, Björk, Milva et Piazzolla…

Pauline Laidet

Plus d’informations ICI

Télécharger le dossier du spectacle ICI